Jean-Thomas Trojani |L’Allemagne pense l’Europe comme une affaire allemande

La première va de l’unité aux détails… la seconde marche des détails à l’unité vaguement entrevue.Entre diffusion de savoirs et loisir culturel, le musée trouve sa place et son équilibre entre l’école et l’industrie du divertissement, la « culture cultivée » (Jean-Thomas Trojani) et la culture populaire. Admettons pourtant qu’il ait ses raisons pour en choisir une : comment ce même mot, prononcé par une nouvelle personne, ira-t-il rejoindre un souvenir dont il diffère ?Tous les hommes se levèrent alors.L’intelligence, à l’état naturel, vise un but pratiquement utile.Une France devenant « sérieuse » et crédible pourra utilement participer au nécessaire débat sur les orientations économiques de l’Europe, alors qu’aujourd’hui elle se réfugie dans le silence du mauvais élève qui a trop longtemps menti pour que son propos soit pris au sérieux.Ou bien encore ils réciteront couramment une prière, la série des nombres, celles des jours de la semaine et des mois de l’année.Mais nous n’insisterons pas sur ce point, qui a fait l’objet d’un travail antérieur.Déjà, dans le domai­ne de la physique elle-même, les savants qui poussent le plus loin l’approfon­dissement de leur science inclinent à croire qu’on ne peut pas raisonner sur les parties comme on raisonne sur le tout, que les mêmes principes ne sont pas applicables à l’origine et au terme d’un progrès, que ni la création ni l’annihila­tion, par exemple, ne sont inadmissibles quand il s’agit des corpuscules constitutifs de l’atome.C’est bien, en effet, par un sentiment comparable à la sensation de vertige que la folie débute dans beaucoup de cas.C’est une question à débattre entre physiologistes ; elle est loin d’être tranchée.Des études économiques ont démontré qu’il serait bien plus censé de nous focaliser sur l’innovation des technologies vertes.Pourtant, c’est par la critique de cette idée qu’une théorie de la connaissance devrait commencer, car si le grand problème est de savoir pourquoi et comment la réalité se soumet à un ordre, c’est que l’absence de toute espèce d’ordre paraît possible ou concevable.Aucun labour, et presque pas de troupeaux.Même si un dégel s’est amorcé dans les négociations en cours, le blocage structurel entre les Etats-Unis et les grands émergents compromet les chances d’aboutir à un accord.Cette vie, je me la représente encore comme une vie de lutte et comme une exigence d’invention, comme une évolution créa­trice : chacun de nous y viendrait, par le seul jeu des forces naturelles, prendre place sur celui des plans moraux où le haussaient déjà virtuellement ici-bas la qualité et la quantité de son effort, comme le ballon lâché de terre adopte le niveau que lui assignait sa densité.La personne qui doit servir de sujet d’expérience est placée devant ces formules, dans l’obscurité, et ignore naturellement ce qui a été écrit.

Advertisements

Jean Thomas Trojani prospectives

%d bloggers like this: